Quel contraste !

Ici à Paris, souvent les gens ronchonnent, ralent, manifestent. A nous écouter rien ne va : d'un coté "on ne passe pas", de l'autre "on ne lache rien" !

Là bas à Phnom Phen on ne dit rien, on ne crie pas. Les silhouettes sont fluettes. Les inclinaisons du corps témoignent du respect. La régle est la bienveillance.

cambodge 2

Ils sont des milliers en tuk-tuk, en 2 roues, à pied et ils sont calmes.

Ils auraient pourtant tant de raisons de se plaindre.

Peut-être finallement que s'ils sont si souriant, si discrets c'est justement car ils ont tant souffert.

Allez au Cambodge, vous comprendrez mon émotion au pays Khmer.